Journée mondiale de la biodiversité

Pour la journée de la biodiversité, le 22 mai : Jean-François Guégan et Serge Morand le répètent, le démontrent et publient des travaux depuis plus de 20 ans : les activités humaines bouleversent les écosystèmes, réduisent la biodiversité et engendrent la hausse du nombre d’épidémies.  Jean-François Guégan craint qu’à cause de ces épidémies, nous diabolisions la chauve-souris ou le pangolin au lieu de remettre en cause nos pratiques désastreuses. Selon Serge Morand, chercheur Cnrs-Cirad, écologue de la santé et parasitologiste de terrain, au niveau mondial, le nombre d’épidémies a été multiplié par plus de 10 entre 1940 et aujourd’hui.

Arrêtons de jeter les masques par terre !

Quelque 5 250 milliards de particules de plastique flottent à la surface de l’océan, soit 268 940 tonnes  !

Ces déchets proviennent en grande partie de la terre.  Personne ne sait vraiment combien de temps ces masques peuvent persister. Mais selon Francois Galgani, océanographe et spécialiste des déchets marins, les masques jetables peuvent persister quelques mois voire quelques années et non plusieurs dizaines ou centaines d’années.

Ce qui est -sans aucun doute- déjà beaucoup trop  !

La baisse de la biodiversité, cause du coronavirus

Plus la biodiversité est forte, plus il y a de microbes circulant à faible bruit, c’est-à-dire que ces derniers se transmettent mal. Mais lorsque la biodiversité chute souvent à cause de la réduction de l’habitat sauvage, nous favorisons les contacts et la transmission.

Le nombre d’épidémies a été multiplié par plus de 10 entre 1940 et aujourd’hui.

La suite ici :

https ://www.marianne.net/societe/coronavirus-la-disparition-du-monde-sauvage-facilite-les-epidemies