Acteurs clés

  • octobre 16, 2018

Des salariés aux grains de blé :  l’impact des excès de la finance  au quotidien

Les plans d’économies touchent pratiquement tous les salariés des grands groupes, quel que soit le secteur de ­l’entreprise « C’est un gâchis scientifique, un gâchis humain, un gâchis social, déplore Thierry Bodin, coordinateur syndical CGT de Sanofi. Lorsque j’étais jeune cadre, la rentabilité de l’entreprise était de 8 %. Aujourd’hui, elle atteint plus de 20 %, mais ce n’est jamais suffisant. On s’aperçoit du poids pris par les financiers dans l’entreprise

Mais pourquoi les grands groupes sont-­ils ­aujourd’hui tous gérés de cette façon ? Dans les années 1980, le chef ­d’entreprise rendait des comptes à des actionnaires de type familial. En moyenne, les actions étaient détenues à 70 % par des familles ­d’industriels et des petits porteurs. ­Aujourd’hui, la nature de ­l’actionnariat a changé. Le chef ­d’entreprise rend des comptes à des fonds ­d’investissement. En France, ces fonds de pension et ces sicav détiennent plus de la moitié des actions des grands groupes. Et, pour les attirer, un PDG ne cesse ­d’augmenter les dividendes. En France, en vingt ans, ils ont été multipliés par sept. les dividendes baissent, les investisseurs fuient, le cours de l’action risque donc de chuter et l’entreprise peut être rachetée par une autre. «C’est une transformation radicale de la propriété des sociétés cotées avec un accroissement très net des fonds d’investissement, affirme Antoine Rebérioux, économiste spécialiste de ce sujet. La gouvernance des entreprises s’est transformée, avec pour objectif de servir les actionnaires. Par ailleurs, une partie des rémunérations des dirigeants est indexée sur les cours boursiers. C’est une manière de les encourager encore plus à gérer en fonction des seuls actionnaires. »

Les entreprises sont des structures où les conséquences du fonctionnement des marchés financiers sur la société sont les plus évidentes. Leur interaction, par le biais des conseils ­d’administration, est plus directe que dans ­d’autres secteurs « La finance est la gestion du risque et du capital, explique Tristan Auvray, économiste spécialiste de cette question. La financiarisation apparaît quand ces fonctions ne sont plus supportées par la finance, mais par d’autres acteurs : l’entreprise, l’employé… L’actionnaire ne veut plus supporter le risque de voir baisser ses dividendes. L’investissement ou l’emploi devient donc la variable d’ajustement. Auparavant, les marchés finançaient les entreprises. Aujourd’hui, ce sont les entreprises qui financent les marchés. Il y a plus de rachats d’actions que d’émissions d’actions. Depuis 1980, aux États-Unis, les entreprises versent plus d’argent aux actionnaires qu’elles n’en reçoivent. »

« L’évaluation des entreprises est difficile, décrypte André Orléan, économiste spécialisé dans les questions financières et monétaires. Dans l’entreprise, une certaine opacité existe qui résiste aux critères financiers. C’était un pouvoir pour les dirigeants. Ils avaient une connaissance intime de leur société que n’avaient pas les actionnaires. Mais la financiarisation est allée de pair avec une standardisation et une homogénéisation de l’évaluation. Désormais, sur l’ensemble de la planète, le même critère est utilisé, le plus abstrait et le plus commun : la valeur actionnariale. Par exemple, les marchés financiers aiment bien les entreprises mono-produits, [plus faciles à évaluer]. Selon les acteurs des marchés financiers, si la diversification est nécessaire, ce n’est pas aux entreprises de la réaliser, mais aux actionnaires grâce à leur portefeuille. C’est une logique extrêmement puissante ! »

 

Les principes des marchés financiers  face aux lois de la démocratie

« En 2007, il y a eu un aveuglement total de tous les acteurs des marchés financiers, détaille Romaric Godin, journaliste spécialisé dans ce domaine. Ils étaient nombreux à affirmer qu’il s’agissait d’une petite crise. Elle a quand même entraîné toute l’économie mondiale et mis la construction européenne en danger ! Cette crise provient des dérives de la finance et de la financiarisation de l’économie. L’aveuglement complet est une des clés de la gravité de cette crise. J’ai beaucoup réfléchi à cela. Aujourd’hui, on ne s’en est toujours pas rendu compte. La France essaie de récupérer les activités de la City, au lieu de réguler davantage. On nous fait croire que la crise actuelle est une crise des finances publiques, alors que c’est une crise de la dérégulation financière  ! »

L’endettement galopant des Etats a posé problème car ils financent leur dette sur les marchés financiers. Ils se rendent donc de plus en plus dépendants des mouvements de la Bourse « L’Histoire offre de nombreux cas où la dette a été effacée car elle était insoutenable, explique Thomas Coutrot d’Attac. Cette mystique de la dette qu’il faut payer absolument, même au prix des droits sociaux et des droits humains, est délirante. En Grèce, on a détruit le système de santé pour rembourser la dette ! »

 

La nature, nouveau terrain  de jeu des financiers ?

Aujourd’hui, ces débats font rage, même au sein des défenseurs de ­l’environnement. Sur ce thème, il ­n’est pas toujours facile ­d’être précis car la financiarisation de la nature est en cours. Nous en sommes aux prémices. Il semble d’abord nécessaire de faire la distinction entre privatisation, marchandisation, monétarisation, financiarisation de la nature et marché de compensation. Ces différents concepts sont à la source de nombreuses confusion. « On simplifie et on essaie d’opérer une valorisation du vivant. Il n’y a pas création de titres financiers, mais, de mon point de vue, financiarisation, affirme Maxime Combes, économiste. Comme en finance, on utilise un outil très artificiel pour simplifier la réalité et essayer de créer une valorisation à long terme. On s’extrait de la réalité pour discuter de concepts qui n’ont plus réellement de liens précis avec la nature. Une forêt n’est pas une simple addition d’arbres…»

« Il faut être réaliste, ajoute Hélène Tordjman, économiste. Si l’on observe les performances de la finance depuis vingt ans, il y a de quoi être dubitatif sur sa capacité à réorienter les investissements dans les bons secteurs. Nous cherchons les solutions dans les mécanismes à l’origine du problème. C’est à cause du marché et de la technique que nous en sommes là. Nous cherchons les solutions dans le marché et la technique, alors qu’il faudrait faire  un pas de côté. »

 

Les mathématiques les plus savantes au service de la finance

En trente ans, les formules mathématiques ont envahi les ordinateurs des financiers. À la Bourse de Paris, plus aucun trader, mais les meilleurs mathématiciens. Quel symbole ! Dans les salles de marchés, les écrans des traders sont remplis de chiffres. Acheter ou vendre des actions dépend en grande partie de formules « magiques » reposant sur des théories très complexes « C’est dur à dire pour un mathématicien, mais oui, il y a trop de maths dans la finance, reconnaît Nicolas Bouleau, mathématicien http ://www.nicolasbouleau.eu/ . Elles simplifient trop le réel. Elles isolent les banques. C’est une technicité très fine et élitiste. On fait trop confiance à la charpente mathématique et on ne prend pas assez en compte l’ancrage réel, social, géographique et historique. On oublie d’aller sur le terrain. On n’envoie plus les ingénieurs voir ce qui se passe dans les entreprises pour évaluer si telle innovation est pertinente ou non. On reste devant des écrans, on regarde ce que dit le marché et on fait des maths avec. »

 

La difficile réforme  des marchés financiers

Depuis la crise des subprimes, de nombreuses réformes ont été élaborées. Il ne serait pas juste d’écrire que rien n’a été mis en place. Cependant, ces nouvelles réglementations ne changent jamais la structure même des marchés financiers. Elles ne corrigent jamais les dysfonctionnements. Les régulateurs ont tenté d’accroître la transparence et la surveillance du système. Aucune réforme en profondeur ! La complexité de la réglementation actuelle est à l’image de celle du secteur. Au lieu de simplifier, les législateurs se sont adaptés et ont collé leurs règles à celles de la finance. Chaque nouvelle norme prend des années à se mettre en place. Les associations ­n’ont pas toujours les ressources et le personnel nécessaires pour suivre les dossiers, ce qui laisse plus de place au lobby bancaire et financier. «  La séparation des banques est une réforme clé car les banques systémiques peuvent entraîner tout le système financier dans leur chute, indique Laurence Scialom, économiste. Les banques ont grossi par les activités de marchés. Il est parfaitement légitime que les États préservent la partie de la banque qui assume des fonctions d’ordre public. La création monétaire est un privilège d’ordre public. En accordant un crédit, les banques créent de la monnaie. Les banques ont le privilège de la création monétaire, elles sont donc plus réglementées et bénéficient du soutien et de la garantie des États. »

« La séparation des banques de dépôt et d’investissement est la clé pour éviter le détournement des ressources financières, loin de l’économie réelle, explique Thierry Philipponnat, créateur de Finance Watch.  Comparons avec le secteur de l’automobile : aujourd’hui, c’est comme si les entreprises bénéficiaient d’une subvention de l’État pour construire des automobiles à la moitié du prix de revient. Ces sociétés se diraient : “C’est formidable, je vais produire dix millions d’automobiles, même si je n’en vends que cinq millions.” Le problème, c’est que cinq millions d’automobiles en plus ne serviraient à rien. C’est exactement ce qui se passe. Quand l’État soutient les banques, il leur accorde un accès à la ressource financière à un prix moins élevé. Et l’accès à l’argent est la base du métier de financier. »

 

L’émergence d’une autre finance

Des expérimentations, des laboratoires existent un peu partout à travers le monde. Tous les jours, des acteurs de la société civile œuvrent pour une autre finance : une finance responsable au sein des marchés ou une finance solidaire, plus indépendante des bourses. Elles prospèrent au point de devenir une alternative de plus en plus crédible.

Les problèmes financiers, l’un des secteurs où nous pensons avoir le moins ­d’impact, nous semblent très éloignés. Et pourtant, nous avons un pouvoir capital via les banques que nous choisissons, ou par le biais des produits financiers favorisés par notre épargne. « J’ai pris conscience de mon impact à mon échelle, explique Julien Guerrero, épargnant solidaire. Souvent, on entend des amis nous dire : ce sont les multinationales qui font la pluie et le beau temps et qui décident de tout. Mais qui donne de l’argent aux multinationales ? C’est nous. La finance semble être un monde à part, inaccessible, austère et impénétrable. Mais lorsqu’on prend le temps de s’y pencher, on se rend compte qu’il n’est pas si inaccessible que cela. Si l’on est nombreux à le faire, on  peut avoir un impact important. »

«  Il est beaucoup plus sûr de mettre son argent dans une banque locale et éthique, estime Benoît Lallemand de Finance Watch. S’il n’y avait pas la garantie de l’État sur les banques systémiques et que les citoyens étaient informés, ils changeraient tout de suite de banque. »

Chiffres clés

  • octobre 15, 2018

La taille du secteur bancaire européen est plus de 3,5 fois supérieure au PIB des pays européens

En France, en 20 ans, les dividendes ont été multipliés par 7

À qualification égale, les employés du secteur financier touchent des salaires supérieurs de 28 % en moyenne par rapport au reste de la population active. La différence grimpe à 40 % pour la tranche des 10 salariés les mieux rémunérés.

Chaque jour, sur le marché des changes, 5 100 milliards de dollars sont échangés.

En 2011, 44 millions de personnes supplémentaires ont souffert de la faim à cause de l’augmentation du prix des denrées alimentaires.

En Islande, suite à la crise financière, 37 accusés ont été reconnus coupables et condamnés à la prison par la Cour suprême.

Le bilan des 28 banques les plus importantes équivaut à l’endettement d’un peu moins de 200 pays à travers le monde.

Seulement 12 % des actifs dans les bilans des banques européennes représentent des prêts à des entreprises non financières et 16 % des prêts à des particuliers.

En 2016, en France, 55 % des transactions ont été réalisées par le biais du trading haute fréquence, du trading à la microseconde.