Entretien avec Jacques Testart : « Toutes les promesses transhumanistes apparaîtront dérisoires lorsque nous n’aurons plus à manger ! »

Le besoin de maîtriser le vivant humain est une obsession chez les transhumanistes. Les transhumanistes ne s’intéressent pas à un autre être vivant, sauf s’il offre un intérêt pour améliorer l’homme. Or, la maîtrise de l’humain, et moins encore celle du vivant, n’existent pas.

Lire la suite

UNIR AU LIEU DE DIVISER !

Source photo : GERARD BOTTINO

Taxe carbone, écotaxe pour les poids lourds, lorsque l’écologie entre dans le débat public, elle divise souvent les citoyens. Les manifestations des gilets jaunes le confirment une nouvelle fois. Le choix des réformes politiques et les thématiques mises en avant par les principaux médias focalisent en grande partie sur le transport individuel ou routier. Nous oublions des sujets cruciaux pour l’avenir de l’humanité comme l’eau ou les semences, sans lesquelles il ne peut y avoir de survie. Des thématiques environnementales qui rassembleraient davantage chacune et chacun d’entre nous. Des réformes politiques pour protéger l’eau ou les semences feraient sans doute l’unanimité auprès de la population, tant d’un point de vue écologique qu’économique.

Lire la suite de la tribune en cliquant sur ce lien.

 

 

Les nouveaux OGM : le principe de précaution respecté !

La Cour de Justice de l’Union européenne a rendu, le 25 juillet 2018, un arrêt historique. Elle a notamment souligné qu’une exemption des obligations de la directive 2001/18 « des organismes obtenus au moyen de techniques/méthodes de mutagénèse, sans distinction aucune, compromettrait l’objectif de protection poursuivi par ladite directive et méconnaîtrait le principe de précaution que celle-ci vise à mettre en œuvre ». Elle estime donc que cette exemption est limitée dans le temps, aux techniques antérieures à la directive et qu’ainsi tous les nouveaux OGM sont à réguler comme les plantes transgéniques [1]. C’est une victoire du principe de précaution…

Lire la suite  de l’article

Les semences : un changement de réglementation difficile à obtenir.

Le conseil constitutionnel a, pour la deuxième fois, censuré un article de loi permettant de vendre librement toutes les semences, même celles qui ne sont pas inscrites au catalogue officiel, à des non professionnels. Selon plusieurs sources proches du dossier, le conseil constitutionnel serait devenu un lieu de lobbying important, loin de tout principe démocratique.

Voir l’article sur le site l’Info durable

Chiffres clés

  • octobre 12, 2018

75 % des variétés de semences ont disparu en un siècle

Pour avoir le même contenu nutritionnel qu’ 1 pomme des années 1940, il faut en manger 3 aujourd’hui. L’épinard, lui, a vu sa teneur en potassium chuter de 53 %, et sa teneur en phosphore de 70 %.
Dans les carottes, le calcium a diminué de 50 % et le magnésium de 75 %.

90 % des variétés agricoles ne sont plus cultivées par les agriculteurs

La quasi-totalité des OGM agricoles cultivés dans le monde sont des « plantes pesticides »

77 OGM pour l’alimentation humaine et animale sont autorisés à l’importation en Europe. On peut estimer que 90 % du bétail élevé en France peut avoir été nourri avec des OGM

En Inde, 300 000  agriculteurs se sont suicidés depuis l’introduction du coton génétiquement modifié en 2002.
80 % de ces suicides ont eu lieu dans la zone de culture de coton.

En Europe, on dénombre aujourd’hui 2 800 brevets sur des plantes.

Aux États-Unis, la consommation d’herbicides a grimpé de 21 % entre 1992 et 2011, alors qu’elle a diminué dans d’autres pays où la culture d’OGM est interdite.

Aujourd’hui, 478 cas de mauvaises herbes résistantes différentes ont été recensés dans le monde.

Aux États-Unis, en vingt ans, le prix des semences de soja a été multiplié par 4