Des entreprises face à la croissance !

Arrêter de croître à tout prix ! Essaimer ou continuer de s’endetter ? Choisir un mode de financement éloigné des marchés financiers afin de rester indépendant.  Des entrepreneurs engagés nous racontent les difficultés  rencontrées et les solutions qu’ils ont trouvées pour ne pas être centrés sur un seul objectif : la croissance du chiffre d’affaires. 

Lire la suite

Organisons la décroissance plutôt que de subir la récession !

Saisissons-nous de cette crise engendrée par le système mondial dominant pour organiser la décroissance au lieu de subir la récession ! A condition, bien sûr, de réduire les inégalités. Nous ne savons pas croître sans polluer davantage. De nombreux spécialistes s’accordent sur le fait que nous devons passer aux énergies renouvelables, au recyclage… Mais nous devons aussi changer nos comportements et accepter une part de sobriété. ( sinon la consommation de métaux et autres pollutions continueront d’augmenter)

Face au krach, organisons la décroissance plutôt que de la subir !

L’épidémie du coronavirus est révélatrice -une fois de plus- des aberrations de notre système économique hyperfinanciarisé, hypermondialisé, centré sur une croissance du PIB infinie.

 

Plusieurs spécialistes le confirment. A cause du coronavirus, nous risquons de vivre une crise similaire à 2008, sauf que cette fois-ci les ressources des Etats – qui ont déjà renfloué les banques – ont bien diminué. Pourquoi risquons-nous de subir une crise de même ampleur bien que les causes de l’effondrement des cours des bourses soient différentes ? Car la structure des marchés financiers n’a pas été modifiée et le poids de la finance dans l’économie a continué de grimper ces dernières années.

Lire la suite ici :

https ://www.marianne.net/debattons/tribunes/face-au-krach-financier-une-solution-la-decroissance

Tribune Marianne Croissance

Encourager la conversion vers les énergies renouvelables et vers une économie plus circulaire met d’accord la plupart des chercheurs et spécialistes. Mais est-ce que cela sera suffisant ?

Aujourd’hui, afin de produire de l’électricité, nous émettons du CO2 à l’aide d’une énergie d’origine fossile. Demain, le risque est d’extraire toujours plus de métaux pour capter et stocker l’énergie renouvelable. Dans le monde, en vingt-cinq ans, le tonnage extrait du cuivre, du zinc ou du plomb a déjà plus que doublé. Entre 1940 et 2010, la consommation de ciment a quant à elle été multipliée par 50, d’acier par 8, de platine par 25, alors que la population mondiale a été multipliée par trois.

Lire la suite

Chiffres clés

  • novembre 06, 2019

Nous consommons trois fois plus qu’il y a 60 ans

100 multinationales sont responsables à elles seules de 71 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, depuis 1988

 Le pic d’extraction du cuivre pourrait être atteint en 2060

 Au cours du xxe siècle, l’utilisation des ressources naturelles a augmenté deux fois plus vite que la population mondiale

Le numérique émet 4 %  des gaz à effet de serre, plus que l’ensemble des avions

Si nous diminuions la consommation d’énergie primaire de 10 % par habitant, cela entraînerait une baisse du PIB par habitant de 6 %

En France, 88 % des téléphones remplacés fonctionnent encore

10 % des habitants les plus riches de la planète émettent plus de la moitié des émissions de CO2, alors que la moitié la plus pauvre n’est à l’origine que de 10 % des rejets polluants

D’ici 2050, il faudrait réduire notre consommation d’énergie finale d’environ 30 %, du fait de nos seuls changements de comportement